top of page
  • Writer's picturelaviadelcavallo

La science derrière le lien : réflexions sur la relation entre l’humain et le cheval

Le lien entre les humains et les chevaux fascine depuis longtemps tant les chercheurs que les passionnés. Utilisés un temps principalement dans l'agriculture, la guerre et le transport et aujourd’hui plutôt dans le sport et les loisirs, les chevaux captivent notre imaginaire pour leur capacité à nouer des liens profonds et parfois extraordinaires, avec les humains. Cet article explore de façon concise les facteurs psychologiques, physiologiques et évolutifs qui contribuent à ce lien unique.


L’évolution du lien Humain-Cheval

Les humains et les chevaux partagent une histoire évolutive complexe qui s'étend sur des milliers d'années. Des recherches suggèrent que les chevaux ont été domestiqués il y a environ 6 000 ans, principalement pour leur utilité dans le transport et l'agriculture. Cependant, cette relation a évolué au-delà de la simple fonction pratique, et les chevaux sont devenus des partenaires à part entière dans les aventures humaines. Souvent célébrés dans l’art et les récits, compagnons des grands et des humbles, leur présence est étroitement liée à l’épopée humaine. Cette évolution de la relation illustre la capacité des deux espèces à s'adapter, à coopérer et à prospérer ensemble dans un monde en changement perpétuel.


L’impact du cheval sur nos émotions

De nombreuses études ont mis en évidence les avantages psychologiques et émotionnels de l'interaction avec les chevaux. Les activités éducatives et les thérapies avec l’accompagnement des chevaux ont démontré leur efficacité pour réduire le stress, l'anxiété et la dépression tout en favorisant le bien-être émotionnel et la connexion sociale. La présence des chevaux a un effet calmant sur les humains, attribué à leur nature généreuse et patiente et à leur capacité à répondre aux émotions humaines. La connexion et le lien avec le cheval favorisent la confiance, l'empathie et la compréhension mutuelle.


L’effet du cheval sur notre physiologie

L'interaction avec les chevaux provoque une série de réponses physiologiques positives chez les humains, notamment une réduction du rythme cardiaque, de la pression artérielle et du taux de cortisol. Ces effets sont attribués à la libération d'ocytocine, souvent appelée "hormone de l’amour ou de l’attachement", qui est associée au lien social et à la réduction du stress. Des activités telles que le simple pansage, la pratique de l’équitation, et même simplement la proximité avec les chevaux stimulent aussi la production d'endorphines, favorisant ainsi des sentiments de bien-être et de relaxation.


Et les neurosciences ?

Les progrès récents dans les techniques d’imagerie ont fourni des pistes précieuses sur les mécanismes neuronaux qui s’activent au contact avec les chevaux. Les études d'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) ont révélé des schémas d'activation dans les régions cérébrales associées à la récompense, à la cognition sociale et à l’apaisement émotionnel lors des interactions avec les chevaux. Ces résultats dévoilent que le lien entre les humains et les chevaux est ancré dans des processus neurobiologiques qui facilitent la connexion émotionnelle et la compréhension mutuelle. En d'autres termes, notre relation avec les chevaux va au-delà de la simple interaction physique; elle est également influencée par des mécanismes biologiques dans notre cerveau qui favorisent des liens émotionnels forts et une communication non verbale subtile. Ces recherches ont également révélé que les zones du cerveau préposées à la régulation des émotions et à la perception sociale sont activées pendant l'interaction avec les chevaux, suggérant une base neurobiologique pour la compréhension mutuelle entre les espèces.


L’étude de la relation humain-cheval nous amène à une convergence remarquable de facteurs évolutifs, psychologiques, physiologiques et neuroscientifiques. Partenaires de travail et de loisir, accompagnateurs dans les interventions thérapeutiques, les chevaux continuent à apporter une richesse immense à la vie des humains. Grace aux études qui se penchent sur ce lien, nous pouvons acquérir une compréhension plus profonde de la dynamique des relations entre les espèces et du pouvoir transformateur de la connexion au sens le plus large, confirmant ce que nos émotions et notre intuition nous disent déjà quand nous sommes en contact avec le monde animal et la Nature au sens large.


L'image de l'article est une aquarelle originale de l'Auteure (copyright: Nicoletta Pergolizzi).


Références et pour en savoir plus (études en anglais):

- Hartmann, E., Christensen, J. W., Møller, P., Hansen, H. H., Andersen, P. H., & Nielsen, S. (2020). Functional magnetic resonance imaging (fMRI) in horse brain research: A review. Animals, 10(7), 1121.

- Kovács, L., Kis, A., Kanizsár, O., Hernádi, A., Gácsi, M., & Topál, J. (2018). The effect of oxytocin on biological motion perception. Animal cognition, 21(1), 67-74.

- Krackhardt, D., Geretsegger, M., Pezold, M., Weschenfelder, M., & Manner-Romberg, T. (2019). Physiological effects of horseback riding: A scoping review. Frontiers in veterinary science, 6, 2.

- Odendaal, J. S., & Meintjes, R. A. (2003). Neurophysiological correlates of affiliative behaviour. Veterinary Journal, 165(3), 296-301.

- Outram, A. K., Stear, N. A., Bendrey, R., Olsen, S., Kasparov, A., Zaibert, V. & Evershed, R. P. (2009). The earliest horse harnessing. Science, 323(5919), 1332-1335.

- Schultz, P. N., Remick-Barlow, G. A., & Robbins, L. (2018). Equine-assisted psychotherapy: a mental health promotion/intervention modality for children who have experienced intra-family violence. Health & social care in the community, 26(1), 15-22.




8 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page