top of page
  • Writer's picturelaviadelcavallo

Ne rien faire: un chapitre de mon livre « Les cartes poétiques - comment éveiller le poète intérieur »

Updated: Jul 9




Introduction

Le non-faire, aussi connu sous le nom de wu wei dans la philosophie chinoise, est un des concepts centraux du taoïsme et se retrouve également dans d'autres traditions orientales. Au cœur du non-faire réside l'idée de « agir par l'inaction » ou de « l'action sans effort », en s'alignant sur le mouvement naturel de l'univers plutôt qu'en cherchant à imposer sa volonté.

La signification philosophique du non-faire s’inscrit dans un mode de vie en harmonie avec le monde et l'acceptation de ce qui est, sans y opposer de résistance. Il ne s'agit pas d'être inactif ou passif, mais plutôt d'agir de manière spontanée et sans effort, sans forcer ou lutter contre le déroulement naturel des choses. Le non-faire implique un état de pleine conscience, dans lequel nous sommes totalement présents dans l'instant et en accord avec les phases de la vie.

Du point de vue taoïste, le non-faire est considéré comme la clé pour atteindre l'équilibre et l'harmonie et est un moyen de cultiver le Tao, ou la voie, le chemin par excellence. Selon Lao Tseu « La nature ne se presse pas, pourtant tout est accompli ». En adoptant cette approche, nous apprenons à abandonner notre ego et notre désir de contrôle, et nous pouvons trouver la paix et la satisfaction dans le simple fait d'être.


Jenny et Brio: l’action sans effort

En lisant les histoires de grands maitres de l’équitation et de ceux qui ont promu l’approche éthologique, le principe du wu wei est parfaitement résumé dans la méthode de Tom Dorrance (un des entraîneurs légendaires de la natural horsemanship) qui commençait le dressage des chevaux, en particulier ceux considérés difficiles ou non-éducables, par s'asseoir dans le «corral », l’enclos, avec le cheval et l'observait pendant plusieurs jours. Pendant ce temps, Tom permettait au cheval de s'habituer à sa présence et ils faisaient connaissance avec patience.

J’applique souvent le principe de « ne rien faire » avec les chevaux. C’est un principe qui est un vrai défi puisque nous avons tous l’habitude de faire, d’agir et de vouloir intervenir sur notre environnement humain, social, professionnel et naturel. Comme dit Oscar Wilde, « ne rien faire est la chose la plus difficile au monde ». Ne rien faire parait absurde et pourtant... avec les chevaux il s’agit de la meilleure méthode de mise en confiance.

Avec Jenny et son jeune cheval Brio qu’elle vient d’acquérir et qu’elle veut éduquer, j’applique cette approche : du temps en silence pour leur permettre de faire connaissance sans attente et sans demande et ensuite j’invite Jenny à simplement observer et suivre Brio quand il se déplace pour développer une compréhension plus profonde du langage corporel et du comportement du cheval, ainsi qu'à cultiver un sentiment de confiance et de respect mutuels.

J’explique alors à Jenny l’importance d’une communication claire qui ne nécessite pas toujours de grands gestes : en effet, l'utilisation de signaux minimes ou subtils est encore plus efficace pour communiquer avec le cheval tant pour le travail au sol qu’en selle. J’invite Jenny à diriger son regard sur l’épaule du cheval et à ouvrir doucement la main. Brio commence à tourner autour d’elle. En selle, je montre à Jenny que les rênes ne sont pas toujours nécessaires et que juste déplacer presque imperceptiblement son poids ou utiliser une légère pression des jambes sont suffisants pour communiquer avec Brio qui reste ainsi détendu et réceptif.

Jenny apprend aussi à se concentrer sur sa respiration et sur son énergie pour communiquer de façon non verbale : avec des respirations profondes pour réguler ses émotions, elle arrive à calmer Brio quand il est inquiet. Il s’agit de mettre en pratique l’action sans effort, le rien faire « de trop » et donc suivre le mouvement spontané. Jenny est étonnée de la rapidité d’apprentissage de Brio : en mettant les bonnes bases dès le début, la relation est solide et bâtie sur le respect et la confiance réciproques.






En abandonnant le besoin d'être constamment occupés et de réussir, nous trouvons une nouvelle harmonie dans ce qui est. Cette présence à soi et au monde qui nous entoure nous amène à une meilleure connaissance de nous- mêmes et à une compréhension plus profonde de notre place sur terre. Présents dans l’instant et attentifs aux rythmes naturels, nousapprécions la beauté et la complexité du monde qui nous entoure, et nous nous ouvrons à un sentiment d'émerveillement et à une plus grande connexion. En accueillant le mouvement de la vie et en acceptant qu'il y ait certaines choses qui sont en dehors de notre contrôle, nous apprenons à lâcher notre attachement aux résultats et à nous concentrer plutôt sur le processus.

Ce concept est aussi très bien exprimé en italien avec « le dolce far niente » : la douceur de ne rien faire en savourant l’instant. Il s’agit de prendre le temps chaque jour pour ne rien faire, se détendre et se renouveler pour bien vivre parce que quand nous nous reposons, l'hémisphère droit de notre cerveau est activé, celui qui gère l'imagination, la créativité et le plaisir, essentiels à notre équilibre psycho-physique.


Invitations

Prenez un moment pour vous-mêmes, pour vous arrêter sans attente particulière et observez ce qui jaillit de votre cœur.

Asseyez-vous dans une position confortable et concentrez- vous sur votre respiration, en observant simplement chaque inspiration et expiration sans essayer de les modifier.

Ouvrez les yeux et concentrez-vous sur ce que vous voyez, entendez, sentez et ressentez, sans essayer de tout étiqueter ou juger. Laissez-vous immerger dans le moment présent, en appréciant le monde autour de vous.

Terminez avec le balayage corporel : avec votre pensée, balayez lentement votre corps de la tête aux pieds, en prêtant attention à toutes les sensations et aux émotions sans les changer ou les corriger. Observez simplement votre corps et restez présents à tout ce qui se manifeste.



«La non-action n'a rien à voir avec l'indolence ou la passivité. Au contraire, il faut beaucoup de courage et d'énergie pour cultiver la non-action, à la fois dans la tranquillité et dans l'activité » - Jon Kabat-Zinn (professeur émérite de médecine et un des piliers dans la diffusion de la «méditation de la pleine conscience »).


Le livre est disponible ici : Les cartes poétiques: Comment éveiller le poète intérieur https://amzn.eu/d/04NjXXRi


Pour une copie dédicacée écrire à trails.art.collective@gmail.com


4 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page